Sartre et Dieu d'Omérit

Retour à l'accueil

fragment@club-internet.fr
www.fragweb.org



Un narrateur concluait : Qui se tait de me faire exister- en ce lieu dit peuplé de bruit.
Qui se tait ne gagne qu'à gagner un autre bruit : celui du silence.
Voici donc un autre narrateur (l'auteur Je en a plein sa hotte)
Sur un mur d'une station du métro parisien, peu après le décès du philosophe Jean Paul Sartre, survenue le 15 avril 1980 - une main vengeresse traça les mots suivants : " Sartre n'existe plus, Dieu existe ".
La main vengeresse, qui n'était pas Dieu, mais partie d'un ensemble périssable, - le corps - avait répondu à ce qu'avait écrit la main du philosophe dans une de ses œuvres : " Je vais te dire une énigme - Quand l'homme existe, Dieu n'existe pas - Quand dieu existe, l'homme n'existe pas ".
Une trinité, ne formant qu'une entité avait animée la main vengeresse : L'ignorance, l'Idiotie, la Cruauté.
Si l'ignorance est excusable, et l'idiotie pardonnable, que penser de la cruauté ?
C'est un fait inintelligible à la raison de celui qui ne l'est pas, donc impensable.
Certes, Sartre n'existe plus. Dieu n'existe pas pour autant puisque l'homme existe : Nous tous et toutes.

L'énigmatique énoncé, produit de Sartre, signifiait son expérience de l'absolu. Etre un et non un de pouvoir être Autre ; le non être de Dieu n'étant pas nous mais s'advenant a nous quand nous ne sommes pas.
Révélation inouïe ou fable ?
J'aurais aimé que ce ne soit qu'une fable. Cela aurai été si simple d'exister. Simple comme une fable : il était une fois nous vivants et un jour nous morts. Et c'est tout.
C'est tout ? Pour la fable, oui….
Pas de questionnement. Pas d'étonnement. Une vraie vie de somnambule.
S'il n'y avait pas un mystère de l'Etre, la vie serait d'un ennui et dune absurdité incommensurable.
Dieu merci, ce n'est pas le cas jusqu'au dernier souffle - et après - on ne s'ennuiera jamais.
Pourquoi ? Parce que l'impossible existe. Sartre a emporté - comme tant d'autres - dans le hors là de leur vie terrestre la clé de l'énigme - mais prévoyante la providence a laissé les doubles des clés aux narrateurs intemporels. L'un d'eux rédige un manuscrit passionnant dont il livrera quelques extraits sur le site Fragweb.org ; s'il le termine de son vivant.
Temps d'une vie, temps d'un autre inconnu.

Omérit
Le 29 mai 2009