“Inconséquences et trahisons font l’élection“


Aller sur texte “François Bayrou, sera le prochain Président ...”
Aller sur texte “Elements de réflexion ...”
Aller sur texte “CHEMIN ELECTORAL 2007“

Aller sur texte “PÉRIPÉTIES ÉLECTORALES 07“

Aller sur texte “Une avancée démocratique“
Aller sur texte “Deuxième tour de la présidentielle 07“
Aller sur texte “Inconséquences et trahisons font l'élections“
Aller sur texte “Retour au centre“
Aller sur texte “Deuxième tour des législatives 07“
Aller sur texte “La gauche misérabiliste ne mène qu'à l'échec“
Aller sur texte “Modem, bas débit ou haut débit ?“
Aller sur texte “Rentrée 07, rien de nouveau“
Retour à l'accueil


fragment@club-internet.fr
www.fragweb.org

Inconséquences et trahisons font l’élection

(Jacques DUYVEM - 07/05/07)

 

 

    Pendant des années nous crûmes que JM Le Pen était le prince des ténèbres alors qu’il n’en était que l’oracle. Le véritable prince des ténèbres, Nicolas Sarkozy, a donc réussi a se faire élire à la tête de l’Etat Français.
     Le 15 Avril dernier, une manifestation parisienne s’obstinait à cibler Le Pen, passant à côté de l’enjeu politique, car c’est Nicolas Sarkozy qu’il fallait alors contester.

       Les temps changent et le ciel s’obscurcit. Les coeurs et les têtes sont corrompues par millions.

   Pour son élection légale, il ne s’agit d’une légitimité relative, en effet en additionnant les votes de son adversaire et le nombre des abstentionnistes, même si ceux-ci ne sont qu’à 14%, il ne représente, au niveau réel, qu’une minorité forte. Ce qui permet, au delà du jeu légal, d’en relativiser d’emblée la légitimité absolue.

     Derrière les promesses fort nombreuses, d’ouverture et de générosité continue à s’affirmer, invisible aux yeux de 18 millions de crédules, la mise en place d’une féroce traite du travail, un marche ou crève, pour les profits des puissances d’argent et de ceux qui les servent politiquement.

    Jacques Chirac fut traité de Super menteur pour ses promesses non tenues, Nicolas Sarkozy quant à lui a juré devant ses foules, dont nombre désespérées, qu’il tiendrait les siennes, soulevant l’immense espoir populiste du chef qui apporte solution à tout. S’il dispose d’une majorité législative lui permettant de manoeuvrer à sa guise, ses millions d’electeurs issus des classes populaires éprouveront bientôt dans leur chair, qu’il tient ses promesses dans le pire alors qu’il se révélera être un parjure pour le vernis fascinant qui avait fait illusion sur le bonheur.

  Parmi ses propres électeurs, nombreux sont ceux qui se mordront les doigts d’avoir réduit leur propre liberté à celle de consommer. L’adhésion sans limite de ses supporters sera à la hauteur du profond désamour qu’il aura a contenir. Ce retour de balancier sera le prix à payer pour le parjure.

   A moins qu’une politique Euro-méditerranéenne fasse espérer le peuple en un nouvel empire et retarde la déception avant les graves déconvenues. Les conquêtes territoriales ont toujours servies à faire illusion sur les peuples trop gouvernés. Va-t-on vers le monde des 5 empires tant théorisé par certains clubs intellectuels de nouvelle droite ? Que signifie son engouement pour les infirmières Bulgares il est vrai ignoblement condamnées à Mort par Khadafi ? Quelle négociations avec la Libye et vers quel partenariat ? Quel leader pour une nouveau pancontinentalisme Africain ?

     Nicolas Sarkozy a prétendu que son élection marquait la liquidation de Mai 68, alors que ce beau printemps fut un moment historique révolu depuis 39 ans et qui fut définitivement liquidé en Mai 1981 par le mitterandisme. Et s’il faut parler des quelques idéologies de dérégulation de l’après 68 qui furent bien vite récupérées par le néo-liberalisme montant dalors, dont le triomphe est annoncé en France, nous verrons qui tient le fil du débat... Car de la critique radicale des idéologies de l’après 68 émergera un ensemble politiquement opérationnel d’outil-concepts qui balaiera, entre autres, la fausse modernité du régime qui se met en place.

   De toute façon le désamour, la déception, le parjure ne favoriseront pas le retour d’un Mai 68 mais, d’une façon incarnée dans l’époque, celui de la “commune”, en dépassement d’une politique impériale sans avenir.

Pour en revenir à l’election de Nicolas Sarkozy, quatre événements à retenir:

1/ Les divers sondages ont été très peu dans l’erreur, contrairement aux élections précédentes. Affinage des techniques, psychologie de masse...

2/ Nicolas Sarkozy a dépensé près de 22 Millions d’Euros pour sa campagne et Ségolène Royal un peu moins. Il y a retour sur investissement. Le Pen à 7 Millions récupère sa mise, mais est le garnd perdant: Nicolas Sarkozy réussit à remplacer la vieille aspirations fascisante et racialiste française, par une fascisation populiste à l’américaine d’ordre Black-blanc-beur. François Bayrou à 7 Millions  d’Euros investis aura été le plus productif, mais...

3/ Seul François Bayrou pouvait vraiment battre Sarkozy au 2ème tour, mais il aurait fallu qu’il passe le 1er tour. Pour cela, il fallait stratégiquement oser voter Bayrou au 1er tour, pour battre Sarkozy. Il fallait pour cela une volonté forte de battre Sarkozy. Nombreux sont ceux et celles qui venus de la gauche et d’ailleurs, parfois même de l’abstention révolutionnaire, firent cette démarche d’oser voter Bayrou pour le placer face à Sarkozy. Nombreux aussi furent ceux, qui bien qu’ayant compris l’enjeu réaliste de cette stratégie, furent malgré tout happés au moment décisif par leurs vieilles boutiques idéologiques préférant voter “degôche par conviction”, ou s’abstenir “nanar” toujours par “conviction”, laissant François Bayrou éliminé. On connait la suite, et on savait depuis longtemps que Sarkozy battrait Royal.... Le terrain et le bouleversement occasionné aurait pourtant facilité les resistances et le développement d’un nouvelle commune... 1,5 Millions de gens auront fait échouer historiquement la seule opportunité de battre Nicolas Sarkozy tout simplement par leur inconséquence stratégique lié à leur vieil enlisement idéocratique...  Il faut voir cela comme un constat d’époque dont n’ont pas à pâtir ceux qui, au moins, ont osé un choix stratégique et inhabituel...

4/ Au deuxième tour, on sait que le vote Bayrou a été autant chez Sarkozy que chez Royal, il y a donc annulation. Par contre on sait que 2/3 des voix du Front National du 1er tour ont été pour Sarkozy au 2ème tour.  Soit 2 Millions de voix, qui n’ont pas suivi les consignes de Le Pen, et qui font défaut à ségolène Royal pour égaliser et même devancer Nicolas Sarkozy.

   Ainsi, c’est 2 Millions de voix lepenistes qui viennent de faire l’election de Nicolas sarkozy !

   L’illégitimité de l’action à venir de Nicolas Sarkozy peut donc être affirmée de façon très légitime à condition que l’on sache poser les bases de la légitimité comme la corrélation d’avec la loi fondamentale, structurante, constituante et instituante !

     Lors de l’un de ses derniers discours pré-électoraux, Nicolas Sarkozy, se rendait dans les Alpes rendre hommage aux résistants. Lui, dont l’action de harcèlement policier et de traque des réfugiés enfants et travailleurs sans papiers était très critiquée par Lucie Aubrac...

Récupérations de symboles pour mieux neutraliser leur parts résiduelles encore actives et entériner l’exact contraire de façon décompléxé et non coupable ... Néo-totémisme et néo-fétichisme pour le profit du nouveau maitre de la magie noire c’est à dire de la machinerie mortifère ...

     Et bien, le moment est venu, non point de courber l’échine, mais de resserrer les poings et d’éveiller nos sens pour des reflexions, analyses, créations d’outils-concepts opérationnels et partagés, pour défricher un terrain de confrontation qui ne soit pas celui de la force brute mais celui qui nous permet de vaincre la magie noire.

      Pour préparer d’autres lendemains, dans un premier temps: 

Résistance !